Mali : la junte fixe à deux ans le délai avant un retour des civils au pouvoir

Le décret signé par le chef de la junte le colonel Assimi Goïta a été lu ce lundi soir à la télévision d’État malienne. Un pas en avant car en début d’année, les militaires projetaient de diriger le Mali jusqu’à cinq ans et la Cédéao a adopté des sanctions très dures contre Bamako.

« La durée de la transition est fixée à 24 mois, (à) compter du 26 mars 2022 », selon le décret signé par le chef de la junte Assimi Goïta et lu à la télévision d’État ce lundi soir. La junte se donne donc jusqu’à mars 2024 pour rendre le pouvoir aux civils.

L’annonce a surpris à Bamako. Même des ministres du gouvernement ont confié en privé avoir appris la nouvelle comme tout le monde à la télévision. Dans l’entourage du colonel Assimi Goïta, on justifie le décret : « Il faut aller vite pour ne pas perdre du temps », explique à RFI l’un de ses conseillers. « La durée d’une transition de 24 mois, poursuit la même source, est déjà la base de discussions avec la Cédéao, et ce que l’organisation attend de nous maintenant ce sont des précisions sur le chronogramme des activités devant conduire aux élections. »

Du côté de la Cédéao, un responsable se dit « surpris » par cette annonce. L’idée arrêtée après le sommet est que le médiateur dans la crise malienne Goodluck Jonathan rencontre les uns et les autres et propose un plan de sortie de crise au prochain sommet prévu début juillet à Accra. « En annonçant les 24 mois, le gouvernement malien met les charrues avant les bœufs », commente de son côté un diplomate d’un pays membre de la Cédéao qui ajoute : « Mais il faut comprendre la junte malienne. Elle a besoin de se bomber le torse pour galvaniser son opinion publique plutôt fatiguée par l’embargo. »

RFI

101

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!