Suppression du monopole : la satisfaction de la chambre de Commerce de Conakry

Dans le souci de stabiliser et sécuriser les marchés nationaux à des prix compétitifs, le gouvernement guinéen a décidé d’interdire toute action de monopole industriel et commercial sur l’ensemble du territoire. Une décision derrière laquelle s’aligne la chambre régionale de commerce et de l’industrie de Conakry. Elle l’a fait savoir dans une déclaration lue devant la presse dans l’après-midi de ce jeudi, 24 décembre à Matam.

A travers cette interdiction, l’État guinéen entend mettre de l’ordre dans les secteurs du commerce et de l’industrie. Et pour les membres de la chambre régionale de commerce de Conakry, cela va permettre aux opérateurs économiques d’importer suffisamment. C’est pourquoi, la structure appelle l’ensemble des opérateurs au respect strict de cette décision du Ministère du commerce.

« Cet acte de haute portée économique et sociale témoigne l’intérêt particulier que le gouvernement de son excellence monsieur le premier ministre, Mohamed Béavogui, accorde à la promotion du secteur privé d’une part, et à l’amélioration des conditions de vie des populations d’autre part. Cela, dans un contexte mondial de plus en plus difficile à cause de la pandémie du covid-19 », indique la déclaration.

Pour permettre à notre pays de renforcer son économie, la chambre régionale en appelle les opérateurs économiques au respect de cette mesure.

« La chambre régionale de commerce de Conakry, au nom de ses paires, invite les opérateurs économiques à faire de cette décision un levier de relance et de développement socio-économique de notre pays. Elle invite par la même occasion, le ministre du commerce à renforcer les capacités et moyens du service contrôle de qualité, afin qu’il puisse relever le défis d’un approvisionnement de nos populations de produits propres à la consommation de bonne qualité… La chambre régionale de commerce de Conakry s’engage à accompagner les efforts du gouvernement pour un approvisionnement de nos populations en produits de consommation à des prix raisonnables ainsi qu’à l’accroissement des recettes de l’État, indispensables pour répondre à la demande sociale de plus en plus forte ».

Bah Mohamed

359

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!