La Gambie élit son président pour panser les plaies de la dictature et du Covid

Les Gambiens élisent samedi leur président, un vote crucial pour une jeune démocratie qui cherche à surmonter son passé dictatorial et les effets du Covid-19 sur une économie fragile. Les bureaux ont ouvert à 8H00 (locales et GMT), alors que de longues files s’étaient formées bien avant l’aube pour aller voter à Banjul et dans ses environs, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Au marché de Manjaikunda dans les faubourgs de la capitale, près de 500 personnes faisaient la queue, se préparant à des heures d’attente.

« Je suis ici depuis 6H00 après mes prières et cela va sans doute me prendre jusqu’à 10H00 », disait Jariatou Touray, 23 ans, étudiante et serveuse à mi-temps. « C’est très important pour les citoyens de voter et choisir la bonne personne ».

Babacar Diallo, lui aussi, est allé voter très tôt. « C’est très important, parce que nous voulons le changement. Les temps sont très durs, la situation économique est mauvaise ».

Des halles ont été réquisitionnées pour le vote. Des observateurs en tenue blanche sont présents ainsi quelques policiers débonnaires.

Les électeurs font la queue devant des isoloirs bâchés de noir. Ils trempent leur doigt dans l’encre pour attester qu’ils ont voté.

De 08H00 et jusqu’à 17H00 (locales et GMT), les électeurs choisissent leur prochain chef de l’Etat en déposant une bille en guise de bulletin dans un des bidons aux couleurs de chaque candidat, procédé instauré de longue date en raison d’un illettrisme répandu.

Le sortant Adama Barrow et cinq autres candidats, tous des hommes, se disputent un peu moins d’un million de voix, et la charge de diriger pendant cinq ans le plus petit pays d’Afrique continentale.

Il n’y a qu’un tour. Les premiers résultats pourraient être connus dès dimanche.

Il y a cinq ans, Adama Barrow, ancien promoteur immobilier aujourd’hui âgé de 56 ans et alors quasiment inconnu, avait déjoué les pronostics et battu le dictateur Yahya Jammeh après plus de vingt ans de régime caractérisé par une multitude d’atrocités commises par l’Etat et ses agents: assassinats, disparitions forcées, viols, actes de torture…

M. Jammeh refusait de reconnaître sa défaite. Il a finalement été forcé à s’exiler en Guinée équatoriale sous la pression d’une intervention militaire ouest-africaine.

La présidentielle de 2021 est la première sans lui depuis 1996.

L’éventualité qu’il ait à rendre des comptes est un des enjeux de l’élection, avec la crise économique.

Les Gambiens interrogés par l’AFP s’accordent sur le constat d’une liberté retrouvée après les années de peur, et sur l’importance d’aller voter pour consolider une démocratie vulnérable.

Adama Barrow revendique ce retour des libertés, la construction de routes et de marchés, et la pacification des relations avec la communauté internationale. Son parti prêche la « continuité d’évolutions sans précédent ».

– Eternel second –

Celui qui est pressenti comme son principal adversaire, Ousainou Darboe, 73 ans, avocat défenseur des droits humains, l’accuse au contraire d’avoir « failli lamentablement » et d’avoir manqué à tous ses engagements pour rester au pouvoir. Il appelle au changement.

« Je le crois sans aucun doute », dit-il quand l’AFP lui demande si, après avoir été quatre fois le second de Yahya Jammeh, il pense que son heure est venue face à M. Barrow, dont il fut ministre et vice-président.

M. Barrow est revenu sur sa promesse initiale de ne rester que trois ans au pouvoir pendant une période de transition. Il a beaucoup atténué ses engagements passés à faire rendre justice aux responsables des crimes des années Jammeh.

Son parti nouvellement créé a au contraire noué une alliance avec celui de l’ancien autocrate.

Les victimes se demandent si, en cas de réélection, M. Barrow appliquera les recommandations d’une commission chargée d’enquêter sur la période Jammeh.

La commission lui a rendu son rapport en novembre, début d’un compte à rebours de six mois pour que le président, M. Barrow ou son successeur, décide des suites à y donner.

De son exil, M. Jammeh continue à peser sur la politique de son pays où il compte encore de nombreux supporteurs.

Mais de nombreux Gambiens interrogés expriment des préoccupations plus immédiates. Près de la moitié vivent sous le seuil de pauvreté. Le pays a été durement touché par le Covid-19. En dehors de l’agriculture et des transferts d’argent de la diaspora, le pays, avec ses plages sur l’Atlantique, vivait du tourisme, dont les flux se sont taris.

Les touristes commencent à revenir. Mais de nombreux emplois ont disparu. La Gambie était déjà un des principaux points de départ de migrants cherchant à gagner l’Europe en pirogue. Les Gambiens souffrent de l’augmentation des prix des produits de première nécessité comme le riz, le sucre, l’huile, mais aussi des coupures d’eau et d’électricité, et du manque d’accès aux soins.

AFP

147

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!