Ousmane Kaba sur la CRIEF : « il faut commencer par les voleurs d’aujourd’hui »

Comme nous l’annoncions précédemment, le gouvernement guinéen de la transition va mettre en place la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Ce sera une manière de lutter contre des crimes économiques et de juger les auteurs. Pour Dr Ousmane Kaba qui est intervenu ce vendredi sur FIM FM, il sera préférable et judicieux de commencer par les dossiers des membres du défunt gouvernement.

Le président du parti des démocrates pour l’espoir (PADES), s’est d’abord réjoui de ce geste du CNRD, avant de donner des détails sur le mode de fonctionnement de cette juridiction tant réclamée par de nombreux guinéens.

« Moi je suis satisfait du CNRD, parce qu’ils sont en train de bâtir patiemment l’arsenal légal et juridique qui nous permettrait de combattre la corruption en Guinée. Cette cour n’est pas une commission d’audit. C’est les résultats de l’audit qui sont soumis à cette cour, c’est la police financière et économique actuellement dans l’arsenal guinéen. Vous savez, le plus gros problème de la Guinée était la pauvreté du pays malgré notre richesse. Et pour moi, le premier responsable de la grande pauvreté de la Guinée, c’est la kléptocratie administrative et politique. Parce que cette la corruption a atteint un niveau qui ne permet même plus l’investissement public. Donc qui ne permet pas d’avoir des infrastructures ni des entreprises et de l’emploi pour nos jeunes. En gros, vous avez trois types de corruption. Vous avez ce que l’État doit gagner et il ne gagne pas. Donc ça, ça a trait à l’évasion fiscale, détournement des impôts, des taxes. De l’autre côté, vous avez tout ce que l’État a dépensé et a mal dépensé. Et pour ça également, la Cour est compétente », a expliqué l’économiste, qui demande à ce que la répression commence par les cas les plus récents.

« Ce qui est vrai et logique, c’est de commencer par les voleurs d’aujourd’hui parce que simplement la documentation est là, et tous les événements sont récents. Cela ne dit pas qu’on ne va pas aller les autres voleurs d’hier. Mais commençons d’abord par les voleurs qui sont là et qui ont bloqué le système et ensuite, nous pourrons remonter dans le temps. Nous nous avions fait des audits que nous avions donnés au professeur Alpha Condé qui malheureusement, avait encouragé le vol en Guinée, il faut le dire. Parce qu’il s’est tu là-dessus et en avait fait un instrument de chantage à son propre profit et au profit de son clan. Ce qui vraiment dommage. Cela ne signifie pas que ceux qui volent en dessous ne seront pas poursuivis. Ils seront poursuivis, mais c’est une bonne chose de chercher d’abord à prendre les gros poissons. Vous savez dans un pays, on ne pourra jamais mettre en prison tous les délinquants, c’est pas possible. Mais ce qui est certain, si vous commencez par les plus gros, vous pouvez moraliser le pays, empêcher ces gros obstacles qui font qu’il n’est plus possible d’investir dans ce pays. Parce que tout est systématiquement détourné », a-t-il indiqué.

Bah Mohamed

238

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!