Cellou Dalein sur le 28 septembre: « c’est une date qui symbolise à la fois la joie et la douleur »

28 septembre 1958- 28 septembre 2009, deux dates qui marquent doublement les guinéens. Si la première fait suite au référendum, jour où notre pays a dit NON à la domination française, la deuxième marque une histoire douloureuse, tachée de sang des fils du pays. Il s’agit du massacre d’environs 157 manifestants à Conakry, au stade du 28septembre. Ce jour là, des femmes ont été violées et violentées, ainsi que dautres manifestants portés disparus.

Et depuis, les victimes et parents des victimes restent toujours en attente pour connaître les auteurs et commanditaires de ce carnage mais en vain.

Présent parmi les manifestants au stade ce jour là contre le maintien de la junte d’alors au pouvoir, Cellou Dalein Diallo n’a pas oublié ce qui s’est passé. Sur sa page Facebook ce mardi, le president de l’UFDG est revenu sur cette date, qui annonce à la fois joie et douleurs.

« Le 28 septembre est une date qui a doublement marqué l’histoire de notre pays. Elle symbolise à la fois la joie et la douleur.

Le 28 septembre 1958, le peuple de Guinée a fait le choix de prendre son destin en main en votant massivement non à la colonisation et oui à l’indépendance.

Il ouvrit ainsi la voie à la décolonisation de l’Afrique.

Le 28 septembre 2009, au stade du même nom, des crimes ignobles et indignes de notre peuple croyant furent perpétrés en plein jour. 157 citoyens furent massacrés et une centaine de filles et femmes violées.

Depuis 12 ans, les Guinéens attendent que les responsabilités de ces crimes soient situées et que les victimes aient droit à la vérité, à la justice et à la réparation.

Heureusement, le CNRD s’est engagé à faire du droit et de la justice sa boussole », a-t-il indiqué.


Bah Mohamed

368

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!