L’abattoir et la boucherie de Labé fermés pour « mettre de l’ordre dans le secteur » (Mairie)

La boucherie centrale et l’abattoir de Labé sont fermés depuis quelques jours par les autorités locales. Selon nos informations, cette mesure radicale a été prise suite à une augmentation fantaisiste du prix du kilogramme de viande. Interrogé à ce sujet ce samedi, 22 mai 2021, Mamadou Aliou Laly Diallo, maire de la commune urbaine de Labé a confirmé l’information.

« C’est effectif. Nous sommes en train de mettre de l’ordre dans ce secteur parce que les bouchers continuent de violer le protocole qui les lie à la commune par rapport au prix. Ils veulent toujours passer à une augmentation unilatérale et exorbitante même du prix du kilogramme de viande », a dit d’entrée de jeu le maire.

Poursuivant, Aliou Laly Diallo a laissé entendre que la boucherie est objet de litige. « L’autre aspect, c’est que la commune a décidé de reprendre les locaux de la boucherie parce que l’infrastructure appartient à la mairie. Mais, il se trouve que c’est des gens qui se disent héritiers des locaux parce que leurs parents occupaient les lieux. C’est eux qui viennent récupérer la location alors que c’est une infrastructure qui appartient à la commune. Nous sommes en train de régulariser tout cela. S’il y a une location à payer, c’est à la commune. Nous sommes en train d’élaborer des contrats de location. »

En outre, notre interlocuteur a expliqué que la coopérative des bouchers n’en est pas une. « L’autre problème que nous sommes en train de régler c’est le comité de gestion qui avait été mis en place dont le mandat est arrivé à expiration il y a de cela six (6) ans. Certains membres de ce comité sont décédés. C’est ce qui crée un peu l’anarchie au niveau du secteur. Nous voulons renouveler ce comité de gestion qui a voulu se transformer en coopérative des bouchers. Alors que c’est à travers un financement que la commune urbaine de Labé avait obtenu pour la rénovation de l’abattoir de la commune. Le bailleur avait exigé à ce qu’on crée une ligne budgétaire permettant l’entretien des infrastructures. Pour créer cette ligne, prélever une taxe d’abattage qui a été répartie en trois (3). Le comité reçoit une partie, les services techniques une partie et la commune une partie. Le comité de gestion composé de bouchers, de représentants de la commune, des services de l’élevage et un représentant de la société civile se fait appeler coopérative des bouchers alors qu’en réalité, ce n’est pas une coopérative. Et les taxes qui sont recouvrées au niveau de l’abattoir, nous ne recevons aucun compte-rendu. Nous voulons désormais avoir l’œil sur tout ça, régulariser et mettre en place un autre comité parce que celui qui existait a été dissout. Son mandat est arrivé à expiration il y a six ans. On va demander un congrès parce que c’est un organe électif. Un nouveau bureau va être mis en place. »

Poursuivant ses explications, le maire de la commune urbaine de Labé a dit que pour le prix du kilogramme de viande, il y a un protocole qui avait été signé, fixant le prix du kilogramme à 45 mille francs guinéens. « Mais ces derniers temps, nous avons constaté que dès après la fête de l’Aïd El Fitr, ils ont continué à vendre le kilogramme à 50 mille et ils veulent même aller à 55 mille. Voilà l’origine de la fermeture de la boucherie et de l’abattoir depuis maintenant cinq jours ».

Jusqu’à quand, les populations de Labé vont être privées de viande ? « C’est jusqu’à ce qu’on ait des répondants parce qu’aujourd’hui, c’est l’anarchie, mais ça se règle. Les services techniques sont en train de travailler avec les bouchers mais il faut qu’on ait des interlocuteurs crédibles et sérieux et faire respecter le protocole d’accord et les principes ».

Mamadou Aliou Barry pour Guineepremiere.com

425

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!