Manifs à Siguiri : l’interdiction des prières nocturnes provoque la colère des citoyens

La décision du gouvernement d’interdire les prières nocturnes pendant les dix derniers jours du Ramadan a provoqué l’ire des jeunes de la commune urbaine de Siguiri. Ils ont manifesté leur mécontentement dans les rues jusqu’à tard la nuit dernière.

Interrogé dans l’après-midi de ce mardi par un reporter de Guineepremiere.com, Bérété Lancei Condé, journaliste basé dans cette préfecture, a confirmé l’information tout en précisant que le préfet a été contraint de quitter son domicile pour aller au Camp sous escorte militaire.

« Des jeunes opposés à cette décision sont sortis aux environs de 23 heures à la colline, un lieu où les gens se regroupent pour prendre la ville lorsqu’il y a manifestation. Ils voulaient que la prière ait lieu. Les manifestants ont jeté des cailloux sur le commissariat. Il n’a pas été mis à sac mais les vitres ont été brisées. Il y a eu un accrochage entre manifestants et forces de l’ordre. Ensuite, les manifestants se sont dirigés vers la résidence du préfet. Il parait qu’il a été sauvé par les militaires qui l’ont conduit au Camp. Jusqu’à 00 heure, les jeunes étaient dans la rue en barricadent les axes routiers. Certains manifestants se sont attaqués aux mosquées pour tenter de les ouvrir de force. Pour l’instant, on ne sait pas s’il y a eu des arrestations ou de blessés. Ce qui reste clair, c’est calme pour le moment dans la commune urbaine de Siguiri. Contrairement à ce que certains disent, l’hôtel de ville n’a pas été touché par les violences », a expliqué notre confrère.

Nos tentatives pour avoir la version du maire de la commune urbaine de Siguiri, Koumba Sékou Magassouba, sont restées vaines.

Mamadou Aliou Barry pour Guineepremiere.com

285

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!