Hausse du prix de viande à Labé: ce que dit le maire de la fermeture de la boucherie

Depuis plusieurs semaines, quelques préfectures de la moyenne Guinée restent confrontées à un manque criard de viande. C’est le cas par exemple de la ville de Labé, où un kilogramme de viande autrefois à 35 000 GNF, est aujourd’hui vendu jusqu’à 55000 francs guinéens. Une situation qui a irrité la colère des autorités communales, qui n’ont pas tardé à décider de fermer la boucherie jusqu’à nouvel ordre.

Interrogé à ce sujet ce jeudi 22 avril par un de nos reporters, Mamadou Aliou Laly Diallo, maire de la commune urbaine de Labé, est revenu sur cette augmentation du prix de la viande.

“Nous avons constaté qu’il y a une augmentation abusive. On avait une convention avec les bouchers, on s’était dit qu’à chaque fois qu’il sera question d’augmenter le prix, compte tenu de certains arguments, on allait se retrouver. Ils ont violé cette convention jusqu’à quatre fois parce que lorsqu’on signait la convention, le kilogramme de viande coûtait 35 mille francs guinéens. De 35 milles, on se retrouve aujourd’hui à peu près à 55 milles. Les populations n’ont pas cessé de se plaindre et nous-mêmes, avons constaté qu’ils ont violé l’accord. C’est ainsi que nous avons décidé de mettre de l’ordre en fermant la boucherie momentanément jusqu’à ce qu’on trouve une solution. Une commission est mise en place. Elle est en train de travailler, les écouter avec leurs arguments pour voir éventuellement à combien on peut vendre le kilogramme de viande dans la satisfaction non seulement des bouchers mais aussi de la population”, a-t-il fait savoir.

Boubacar Kanté chargé des conflits à la boucherie de Labé et membre de la coopérative des bouchers quant à lui, justifie cette hausse du prix du kilogramme de viande par le manque de bœuf.

“Chaque année, à cette période là, les animaux deviennent rares et chers. Le peu qu’on gagne, la qualité n’est pas là parce qu’ils ne mangent pas bien. Ils n’ont pas de poids. Chaque année, on rencontre les autorités communales pour ce problème mais cette fois-ci, chaque fois qu’on se rend à la mairie, on trouve que le maire est en voyage. Comme on ne pouvait pas abandonner le travail, on a jugé nécessaire d’augmenter en attendant qu’une solution soit trouvée. On dit que le kilogramme a été vendu jusqu’à 55 mille mais moi personnellement, je n’ai pas vu et je n’ai pas vendu à ça. C’est 45 milles. On s’est concertés entre nous bouchers pour trouver comment on va servir la population en viande sans augmenter le prix. La mairie a mis en place une commission qui est en train de travailler dans ce sens”, a-t-il indiqué.


Mamadou Aliou Barry pour guineepremiere.com


330

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!