La Loi sur la protection des droits des albinos adoptée : les principaux concernés exultent

Le Parlement a adopté à l’unanimité hier mardi, la loi portant protection et promotion des droits des personnes atteintes d’albinisme en République de Guinée. Cette loi mettra fin, une fois entrée en vigueur, à l’obstacle qui entrave l’accès des albinos aux soins de santé, à l’éducation et à l’emploi ainsi que leur participation à la politique sociale, civique et culturelle. Une bonne nouvelle pour ces personnes qui se disent aujourd’hui marginalisées et exposées à toutes sortes de danger.

Pour Kabinet Camara, président de l’union pour le bien être des albinos de Guinée (UBEAG), cette loi va contribuer à la protection des personnes atteintes d’albinisme. « Ma réaction est une réaction de joie, parce que tant d’années de combat, tant d’années de bataille, tant d’années de difficultés pour faire adopter cette loi par la nouvelle Assemblée Nationale. C’est un grand honneur pour nous les personnes atteintes d’albinisme de la Guinée, parce que cette loi est la toute première loi dans le monde pour un pays concernant les personnes atteintes d’albinisme. Cette loi vient combler nos efforts mais aussi nous permettre d’avoir un certain nombre de droits. Et vous le savez bien, la situation des personnes atteintes d’albinisme est très difficile en Guinée, en Afrique et dans le monde. »

Notre interlocuteur est aussi revenu sur les démarches opérées pour faire adopter cette loi, avant de promettre de tout faire pour l’entrer en vigueur de cette loi. « Les députés ont voté à l’unanimité cette loi. Plus loin, ils ont fait un travail minutieux, très technique, parce que la loi initiale avait dix chapitres. Nous avons travaillé ensemble. Nous avons eu à combiner un certain nombre de chapitres pour ramener le nombre de chapitres à sept (7). Les députés ont insisté à mettre un article très pertinent que nous-mêmes n’avions pas mis dedans. C’est l’article qui condamne à perpétuité toute personne qui sera prise en train de faire des crimes rituels sur les personnes atteintes d’albinisme, là déjà, c’est une avancée. Dans les autres pays ce genre d’acte ne sont pas pris en compte. Ensemble avec le ministère de l’action sociale, nous allons nous battre dans un bref délai, pour mettre en application les textes y afférents par rapport à cette loi ».

En outre, monsieur Camara a remercié les députés même si beaucoup reste à faire pour la fin des stigmatisations ciblant les albinos. « Merci à tous les députés. Sur le plan éducatif, bon nombre d’élèves abandonnent les études à cause de la marginalisation, de la stigmatisation, à cause du rejet. Bon nombre sont également rejetés à cause de leurs situations sanitaires, parce que quand les gens voient la peau d’une personne atteinte d’albinisme qui n’a pas d’effilure ; c’est-à-dire les tâches noires, elle est considérée comme une bonne personne. Mais ceux qui ont des effilures sont purement et simplement rejetées même par leurs propres parents. Les enfants sont utilisés à des fins de mendicité. Des cadres se permettent de prendre des enfants atteints d’albinisme, les mettre chez eux, ils considèrent comme leur porte bonheur. Alors, cette loi vient à point nommé nous aider dans notre bataille de promotion et des protections des droits des personnes atteintes d’albinisme », a laissé entendre ce commissaire de l’Institution Nationale Indépendante des  Droits de l’Homme (INIDH).

Alpha Amadou Diallo pour Guineepremiere.com 

158

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!