Justice : des anciens du BL font le déballage sur la gestion de Dr Faya

Le procès de six anciens cadres du Bloc Libéral (BL) s’est poursuivi ce mercredi 7 avril 2021 au Tribunal de Première Instance de Dixinn délocalisé à la mairie de Ratoma. Ils sont jugés pour diffamation par voie de presse au préjudice de Dr Faya Millimouno, président du parti. Les six compagnons d’infortune ont nié les faits, arguant avoir dénoncé des faits qui empêchaient le fonctionnement normal du Bloc Libéral.

La cuisine interne du Bloc Libéral était encore en débat à la barre du tribunal de Dixinn. Au cours de son audition, Mamadou MAZ Bah, ancien membre du bureau exécutif de cette formation politique, a dénoncé ce qu’il qualifie de dysfonctionnements orchestré par Dr Faya Millimouno.  Selon lui, tout est parti de la volonté du président du BL d’organiser à la va-vite le congrès contrairement aux statuts qui parlent d’un délai de 3 mois. Pire, ce congrès programmé pour juste 3 semaines a été en partie annulé par Dr Faya. Ce que les cadres avaient à l’époque qualifié d’attitude dictatoriale du président du BL.

Pour ce qui est du « détournement de fonds » évoqué par les prévenus lors de leur conférence de presse, Mamadou Maz Bah a précisé que c’est à l’occasion du congrès du parti que des soupçons sont apparues. Selon lui, le rapport financier a indiqué que toutes les fédérations du BL ont reçu des frais de connexion pour le vote électronique via Zoom. Or, la fédération de Sangarédi a révélé plus tard n’avoir rien reçu comme frais de connexion. Rien n’a été fait par la suite pour lever un coin de voile sur cette gestion.

Répondant aux questions de maitre Abdoul Thiam, le jeune Maz Bah a indiqué que les six prévenus poursuivis par Dr Faya n’ont eu de soucis que parce qu’ils ont dénoncé par voie de presse les nombreuses irrégularités constatées dans la gestion du parti.

Pour le procureur Daye Mara, les problèmes internes qui minent le BL ne devaient pas être réglées dans les médias mais à l’interne. Mais pour Maz Bah, c’est Dr Faya qui a été le premier à s’attaquer aux protestataires sur les ondes du groupe de presse Gangan, où il aurait dit qu’ils avaient tous le même patronyme.

Le procès a été renvoyé au 21 avril prochain pour la suite des débats.

Alpha Ben Alimou

150

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!