Hausse des prix à l’approche du Ramadan : l’inquiétude grandit à Conakry

A quelques jours du début du mois saint de Ramadan, les prix des denrées de première nécessité connaissent une hausse déconcertante sur le marché guinéen. Ce qui fait grandir l’inquiétude dans des familles qui ne savent plus à quel gouvernant se vouer. Des citoyens de Conakry interrogés à ce sujet ce lundi, 05 avril 2021, ont exprimé leur désarroi dans une conjoncture pour le moins compliqué.

Mamadou Aliou Diallo rejette la faute sur le gouvernement. « Je pense qu’on n’est pas à la première fois, car c’est devenu un rituel en Guinée, cela n’étonne personne. On n’a pas un gouvernement qui a pitié de son peuple, sinon il aurait enlevé la taxe et le dédouanement sur les produits de première nécessité comme le riz, le sucre et l’huile. Pour faciliter la tâche aux pauvres citoyens en cette période de vache maigre, le gouvernement devrait faire en sorte qu’un sac de riz soit vendu à 150 000 GNF. Mais la souffrance du peuple, ce n’est pas leur problème. C’est leurs intérêts égoïstes qui les intéressent. Mais c’est bien fait pour ce peuple, au lieu de voter utile, il vote l’ethnie. Regardez, nous sommes à une semaine du mois de Ramadan, le riz blanc était vendu à 315 milles et maintenant c’est 320 milles GNF. Le sucre avant, c’était à 375 milles le sac, maintenant c’est 395 milles GNF. C’est triste pour ce pays-là. Chaque président qui vient fait pire que son prédécesseur. On va continuer à rester comme ça ? Attendons le pire, quand on va augmenter le prix du carburant à la pompe à après le mois de ramadan, vous allez entendre autres choses. Nous avons voulu la dictature, elle va nous manger ici. On ne le souhaite pas, mais c’est la vocation des dictateurs ».

Adama Hawa Diallo, exprime la même inquiétude et tire à boulets rouges sur les commerçants : « tous les prix des denrées alimentaires ont grimpé et partout. Nous qui sommes des débrouillards, comment allons-nous passer ce mois de Ramadan ? Moi, je vends des piments et des aubergines au marché Matoto. Quelle que soit la vente journalière, je ne peux pas avoir plus 35 mille GNF d’intérêt et c’est dans ça que je paie les condiments pour venir préparer à manger pour ma famille. Mon mari est chauffeur, il ne travaille pas. Cela fait trois mois que son camion est en panne. On souffre sérieusement, mais on s’en remet à Dieu. On ne peut rien ! Même les oseilles, les aubergines, les piments, tout est devenu cher. Les commerçants n’ont pas pitié. Ils se disent musulmans, mais ils font des actes contraires à ce que l’islam recommande. Bientôt on doit acheter les habits de fête pour les enfants et tout ce qui s’en suit. Vraiment, c’est difficile. Les commerçants n’ont qu’à aider les pauvres en diminuant les prix en guise de sacrifice pour ce mois béni ».

Madjariou Bah: « l’augmentation des prix des articles dans les marchés ne dépend pas du commerçant, c’est l’Etat ! qu’on le veuille ou pas. C’est la vérité. Si l’Etat avait de la moindre compassion pour les pauvres citoyens que nous sommes, il aurait traduit ça en acte. C’est clair pour tout le monde, ce gouvernement n’est pas là pour aider ce peuple, mais plutôt pour s’enrichir dans le dos du peuple. Les économistes ont prouvé par a + b que l’augmentation du prix du carburant en Guinée n’est pas due à l’augmentation du prix du baril à l’international, c’est une simple volonté du gouvernement pour se faire de l’argent sur le dos du pauvre guinéen. On accuse les commerçants d’être à la base de tout. Le commerçant n’est pas fou. Qui peut investir son argent dans le commerce pour ne rien gagner ? Aujourd’hui, le prix d’un bidon d’huile végétale s’achète à 275 000 GNF. On doit se poser la question à savoir à combien le commerçant a gagné le bidon pour le revendre à 275 milles, c’est simple. Est-ce que c’est le commerçant qui envoie le carburant en Guinée ? C’est l’Etat ».
Propos recueillis par Alpha Amadou Diallo pour Guineepremiere.com 

292

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!