Des boulangers escroqués à Nzérékoré?” nous allons poursuivre le préfet en justice…”

La situation des boulangers et vendeurs de pain à Nzérékoré reste toujours sans solution. Arrêtés, dépossédés de leurs pains hier mercredi, ces vendeurs et boulangers qui passent une sale période ont été sommés de payer des rançons pour leur libération, selon le président de l’union nationale des boulangers de Guinée qui regrette d’en arriver à ce stade.


Interrogé ce jeudi, Elhadj Oumar Sacko est revenu sur la situation des boulangers à Nzérékoré, avant de dénoncer le comportement du préfet et du directeur préfectoral du commerce, qui continuent à sévir contre les boulangers. “Ce sont des agent de l’Etat même qui sont contre l’État. Ils ne sont pas contre les boulangers hein, parce que nous avons fini de signer un protocole d’accord et nous le disposons. Nous avons déjà envoyé ce protocole d’accord depuis une semaine, le préfet et le directeur préfectoral du commerce ont tous vu, y compris le président de la chambre régionale du commerce, mais ils ont refusé de comprendre. Donc s’ils refusent, ça c’est leur problème à eux, car nous, nous allons vendre le pain à 4000 fg. Les boulangers de Nzérékoré ne connaissent aucun autre prix si c’est pas 4000fg, parce que c’est ce qu’on a signé avec les autorités, revendre le pain à 4000 francs guinéens”, a-t-il rappelé.

Certains vendeurs arrêtés auraient payé chacun 500 000 fg, avant leur libération. Selon Elhadj Alpha Oumar Sacko, cet autre “abus” des autorités préfectorales ne restera pas sans conséquences. “Ils ont été arrêtés et victimes d’escroquerie de la part des autorités. D’abord, on leur a demandé de payer 2 millions 400.000 fg. Ils ont appelé ici, je leur ai dit de refuser de payer. Mais à la fin, ils ont quand-même prix cinq cents milles francs avec eux et puis il y a eu des pains qui sont gâtés. Nous allons poursuivre en justice le préfet et le directeur préfectoral du commerce”, a-t-il annoncé.

Poursuivant, notre interlocuteur s’est aussi prononcé sur la situation à Kankan. Il dénonce le maire de la localité et menace de déclencher une grève nationale si toute fois, les boulangers continuent à subir des “abus” de la part des autorités. “A Kankan, le maire se comporte comme si c’est lui le gouverneur, alors que celui-ci ne se mêle même pas de tout ça. Il dit que celui qui ne fait pas du pain, n’a qu’à sortir de Kankan, on dirait que c’est pour lui cette région. Là aussi nous avons été clairs, les boulangers vont vendre le pain au prix officiel, c’est-à-dire à 4000fg. Si le maire veut, il n’a qu’à aller faire du pain lui-même, mais les boulangers resteront sur ce point. Pour le moment, nous sommes avec les autorités. Et si la situation continue sur cette allure, nous allons déclencher une grève nationale et illimitée. Mais tant que les autorités interviennent comme nous voulons, cette grève peut-être évitée”, a-t-il averti.

Bah Mohamed pour Guineepremiere.com

542

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!