Tshisekedi ouvre une école de guerre à Kinshasa

Le président Félix Tshisekedi a ouvert mardi à Kinshasa une école de guerre qui a vocation de former les officiers de l’armée et de la police, dans un pays dont l’est et le nord-est font de plus en plus l’objet d’attaques des groupes armés.

L’institution s’appelle l’Ecole de guerre de Kinshasa (EGK). En en coupant le ruban inaugural, le président Tshisekedi a lancé sa toute première année académique.

Elle est le fruit de la coopération militaire entre la RDC et la France.

Les officiers qui en sortiront sont appelés à travailler dans les états-majors pour des questions relatives à la stratégie, la sécurité et la défense.

Entre-temps, le groupe d’experts de l’ONU a, dans un rapport, confirmé la présence de l’armée rwandaise dans le pays.

Pour l’ambassadeur français à Kinshasa, François Pujolas, “EGK constitue une réponse concrète à la nécessité de formation et d’encadrement pour l’armée congolaise”.

La veille, le président a nommé le général de Brigade Godefroid Muland Nawej comme commandant de l’EGK et le général de brigade Jean-Claude Kankenza comme chef d’état-major du Groupement des Ecoles Supérieures Militaires.

Mais la nuit dernière, les rebelles des ADF (Forces démocratiques alliées) à dominance ougandaise qui ont fait allégeance au groupe Etat islamique, ont tué et décapités 22 civils dans le village de Mwenda à Banie.

Ils avaient encore tué le même nombre samedi dernier toujours dans le territoire de Beni.

La mission onusienne (MONUSCO), qui appuie l’armée congolaise, a récemment expliqué que ces rebelles étaient aux bois car leurs voies d’approvisionnement étaient désormais closes.

Le président Tshisekedi a promis, lors de son entrée en fonction en janvier 2019, de ramener la paix dans cette partie du pays.

Avec Voice of America (VOA)                                 

177

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!