Exactions sur des civils à Wanindara : Bah Oury met en garde contre le syndrome du Sahel

Le président de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG) est très remonté contre le régime Alpha Condé qui est entrain de bâillonner ses opposants. A l’occasion de l’assemblée générale de cette formation politique, tenue ce samedi 19 décembre 2020, Bah Oury dénonce l’injustice qui s’abat sur les adversaires d’Alpha Condé et sur le quartier martyr de Wanindara, dans la commune de Ratoma.

Parlant de l’incarcération d’opposants en Guinée, Bah Oury a regretté le fait que notre pays vive des tragédies répétitives. « J’ai été sensible à cette question de prisonnier politique. La violation des Droits de l’homme, c’est l’une des motivations essentielles qui m’a amené dès l’âge de 19 ans à m’impliquer progressivement et de manière active dans la vie politique. C’est pour cela que notre première action a été la création de l’OGDH, ce n’est pas pour dire que seulement je m’intéresse à ceux qui sont de mon bord lorsqu’ils ont des problèmes, c’est à l’ensemble de la collectivité guinéenne. On ne doit pas avoir de détenus politiques dans notre pays. On ne doit avoir des gens qui sont tués dans des camps. Il faut que ce passé soit irrémédiablement tourné pour nous permettre d’envisager l’avenir autrement. Nous regrettons et nous condamnons les conditions dans lesquelles Roger Bamba, Amadou Sow, et tant d’autres qui sont morts en étant incarcéré. On a insisté pour que le président, avant son investiture, fasse un geste comme quoi s’il veut aller dans le sens de l’apaisement en libérant les prisonniers, jusqu’à présent nous n’avons pas vu de signal.

Pour ce qui est de la chasse à l’homme engagée par le gouvernement à Wanindara, Bah Oury a mis en garde contre les conséquences d’une telle démarche. « J’avais condamné ce qui se passait à Waninidara, j’ai insisté que ce qui s’est passé à wanindara est aussi un élément illustratif : soit, les gens veulent qu’il y ait l’explosion, donc on crée de terribles violences un peu partout ; soit on veut aller dans le sens de l’apaisement. Les populations de Wanindara ne sont pas des populations qui sont responsables de la situation sociopolitique. Comment prendre en otage tout un quartier ? ils disent qu’un policier a été tué, pour quelle raison entrer dans un quartier pendant toutes les nuits, tirer, arrêter des gens sans pour autant faire des enquêtes, rechercher les coupables. Je dis que c’était une volonté de terroriser, une volonté de réduire au silence une partie de ressortissants et des habitants et de Wanindara. Ça, je l’ai dit et je l’ai répété, ce n’est pas une attitude qui va être payante parce plus vous poussez quelqu’un dans ses derniers retranchements, il va se radicaliser et après, il se donnera les moyens lui aussi de se venger. A cela, nous risquons par l’attitude du pouvoir de la manière répressive qu’il est en train de faire, de plonger la Guinée dans une crise comme ce que nous avons vu au Mali, ce qui s’est prolongé au Burkina-Faso et au Niger. Et donc ceux qui seront responsables de ça, ce sont eux qui utilisent la violence systématiquement contre les populations dans les quartiers. »

Alpha Amadou Diallo pour Guineepremiere.com

593

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!