Traque d’opposants en Guinée : Alpha Oumar Taran parle du retour du système de Sékou Touré

Comme nous l’annoncions, les opposants au troisième mandat d’Alpha Condé sont persécutés de façon inédite depuis la fin du vote du 18 octobre. Des responsables de l’UFDG et des membres du FNDC sont détenus à la maison centrale après avoir été inculpé de « fabrication, d’acquisition, de stockage, de détention d’armes légères, d’armes de guerre, de détentions de munition, de menace et d’association de malfaiteurs ».  Joint par téléphone ce mardi, 17 novembre 2020, Alpha Oumar Taran Diallo, président de l’Alliance Démocratique pour le Renouveau (ADR) et membre de l’ANAD, déplore cette situation qui n’est autre qu’un recul démocratique.

L’acharnement contre les opposants au 3ème mandat d’Alpha condé est dénoncé à travers la Guinée. Alpha Oumar Taran Diallo de l’ADR, membre de l’Alliance Nationale pour l’Alternance Démocratique (ANAD) trouve regrettable ces agissements du régime Alpha Condé. « C’est vraiment regrettable et c’est un recul de la démocratie dans notre pays, mais ça ne nous décourage pas. Nous attendons tous d’être interpellés et déposés à la maison centrale. Donc, ce n’est pas une surprise pour nous. C’est une situation d’insécurité qui est entretenue à l’endroit des acteurs politiques et sociaux.  Pourtant, parler de démocratie, des opposants, d’acteurs politiques, d’activistes de la société civile, c’est tout cela qui constitue des éléments essentiels pour faire la démocratie. Mais malheureusement aujourd’hui, les gens sont interpellés à cause de leur opinion. C’est simplement regrettable pour le pays puisque c’est un recul de la démocratie, de l’expression et de la liberté. Quand on sait que le président Alpha Condé lui-même a été emprisonné et que lui en retour emprisonne des leaders et des acteurs politiques, c’est vraiment regrettable. Malgré tout, le combat doit continuer. On doit se battre pour défendre les idéaux de la démocratie, de la liberté et du Droit puisque c’est la Constitution de la République qui le consacre ».

Ousmane Gaoual et ses collègues ont été inculpés de faits graves.  Alpha Oumar Taran Diallo parle de montage rappelant le système de Sékou Touré qui a broyé de nombreux Guinéens. « Le ridicule ne tue pas dans notre pays. C’est le système de la révolution qui est en train d’être réinstauré, c’est tout. Si non, on ne peut pas accuser ces gens-là de détenir des armes. C’est des hommes publics qui sont en train d’être côtoyés par tout le monde. S’ils étaient armés, est ce qu’on allait les arrêter comme ça ?  Est-ce qu’ils allaient eux-mêmes se livrer ? Il faudrait qu’on soit sérieux dans ce pays, il faudrait qu’on arrête de blaguer et se mettre au travail. Regardez le pays aujourd’hui ; le besoin, ce n’est pas d’arrêter les acteurs politiques ; le besoin, c’est de s’atteler au travail et doter le pays d’infrastructures routières, d’écoles de qualité et d’hôpitaux… »

Pour une sortie de crise en Guinée, le numéro un de l’ADR propose : « la première des choses, il faut respecter les résultats sortis des urnes. Deuxièmement, il faut des assises nationales, il faut qu’il y ait un dialogue sincère, constructif et inclusif qui réunisse toutes les composantes sociopolitiques de notre pays, qu’on discute de l’avenir de notre pays et surtout qu’on indique quelle Guinée nous voulons léguer à nos enfants et à nos petits-enfants. Indépendamment de celui qui a gagné les élections et de celui qui n’a pas gagné, nous avons le devoir de nous asseoir autour d’une table et discuter sincèrement et tracer les lignes directives d’une Guinée nouvelle. C’est en cela seulement qu’on aura mérité d’avoir vécu dans notre pays », a-t-il laissé entendre.

Mariam Diallo pour Guineepremiere.com

226

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!