Lutte contre le Covid-19 : des médecins et agents de santé menacent de battre le pavé

Le spectre d’une grève plane sur le secteur de la santé en Guinée. Plus de 800 medecins et agents de santé, en première ligne dans la lutte contre le Coronavirus, menacent de débayer les prochains jours à Conakry. La démarche vise à reclamer le paiement de leurs primes d’engagement dans le cadre de la lutte contre le covid 19 en Guinée.

C’est une promesse faite par le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, dans la phase 2  du plan de riposte économique déclenché par le gouvernement contre la pandémie en Guinée avec près de 11 000 cas aujurd’hui. Mais, la promesse tarde encore à être réalisée. Ce qui n’est pas du goût des médecins et autres agents de santé, décidés à ne pas se faire avoir par un pouvoir rompu aux fausses promesses.

 Interrogé à ce sujet ce samedi, 10 octobre 2020, par un reporter de Guineepremiere.com, Dr Keita Kaba, médecin au Centre de Traitement Epidemiologique (CTE) de Donka et coordinateur du collectif du personnel impliqué dans la prise en charge du covid 19, est revenu sur le bien fondé de cette démarche.

« C’est uniquement pour la réclamation de nos droits. Comme l’a promis le Premier ministre à la date du 23 juin dans la seconde phase du plan de riposte économique, il avait dit à cette date que le personnel soignant bénéficierait d’une prime d’encouragement de trois mois, entre le mois de juillet et le mois de septembre. A date, nous sommes au mois d’octobre, aucun ne te dira qu’il a reçu cette prime. On ne nous a rien dit à cet effet, on nous a laissés pour compte. On a interpellé l’administration de façon légale, on ne répond pas. On ne sait pas à qui se confier maintenant. C’est pourquoi on s’est réuni en collectif pour nous faire entendre afin qu’ils nous reçoivent », fait-il savoir.

Le collectif du personnel impliqué dans la prise en charge du Covid 19 envisage plusieurs options pour obtenir gain de cause. « On a deux plans. Le premier plan, c’est une marche pacifique qui s’étendra du rond-point du Port Autonome à la Primature. Bien entendu, en blouse blanche devant tout le monde, mais de façon pacifique, sans violence, sous l’autorisation des autorités de la mairie de Kaloum. Dans un second temps, nous allons nous rabattre sur le centre de traitement. Pour le moment, nous privilégions cette marche. Au cas contraire, nous allons passer à la phase 3 », a laissé entendre le médecin.

Ibrahima Sory pour Guineepremiere.com

391

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!