Prorogation de l’état d’urgence sanitaire : Salim Souaré dénonce « une décision de trop… » !

A travers une ordonnance en date d’hier mardi, le président Alpha Condé a prorogé l’état d’urgence sanitaire pour une période d’un mois à compter de ce mercredi, 16 septembre. Cette décision suscite l’indignation des acteurs culturels qui, depuis plusieurs mois, connaissent une véritable traversée du désert à cause de l’arrêt de leurs activités. Joint par téléphone par un reporter de Guineepremiere.com, Salim Souaré, journaliste et PDG de la structure « Vision pub Guinée » a déploré cette décision qui ne prend pas en compte leurs préoccupations du moment.

La prorogation de l’état d’urgence sanitaire a suscité une vague de réactions, notamment chez les opérateurs culturels, sevrés de leurs activités depuis belle lurette.  C’est le cas de Salim Souaré, PDG de Vision pub Guinée, qui estime que l’état doit revoir sa copie. « Je pense que c’est de trop pour nous autres qui sommes bloqués par les mesures sanitaires. Je ne vois pas de raison pour qu’on proroge l’état d’urgence dans ce sens que la  Covid-19 est sous contrôle dans notre pays, qui a d’ailleurs l’un des plus faibles taux de moralité et de contagion de la sous région. L’état pouvait juste imposer le port obligatoire des bavettes, le lavage des mains… Pour ma part, je pense que c’est une décision de trop. Et c’est frustrant de voir cet état de fait de deux poids deux mesures. Quand l’Etat interdit, ça doit être pour tout le monde, mais faire une exception… c’est juste se moquer de nous autres, puisque ces campagnes ou ces regroupements qui se font à longueur de jours à Conakry comme à l’extérieur de la capitale mobilise des milliers de personnes parfois sans mesures sanitaires. Mais comme on le dit, toute chose a une fin », a laissé entendre Salim Souaré.

Il n’est un secret pour personne que la pandémie du Covid-19 a impacté négativement sur les activités des opérateurs culturels. Salim Souaré interpelle l’Etat pour changer la donne. « La crise sanitaire a eu un impact négatif sur nos activités dans ce sens que nous avons fait de grosses dépenses sur nos différents concerts et qui ont été directement impactés par la mesure prise par l’Etat en suspendant toutes activités culturelles. En gros, c’est une perte énorme pour nous. L’Etat doit revoir cette situation et autoriser la reprise des activités culturelles en insistant sur le respect des mesures sanitaires comme le lavage des mains et le port des bavettes. Ce qui reste clair, il y a une réunion qui se prépare avec les autres acteurs culturels et nous allons nous adresser à notre ministère de tutelle pour se mettre ensemble et conjuguer le même verbe », a fait savoir monsieur Souaré.

Mariam Diallo pour Guineepremiere.com

326

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!